Ortie

Dénomination Latine

Urtica dioica et Urtica urens

Famille Botanique

Urticaceae
Table des Matières
ortie

Résumé Bienfaits

Santé et Rester Jeune

Confort et Détente

Cosmétique et Beauté

Minceur et Detox

Présentation

Qu’est ce que l’Ortie ?

L’ortie est une herbacée vivace bien connue, envahissante, de 60 à 120 cm de haut, à feuilles opposées acuminées, recouvertes de poils urticants et hérissés. La pointe de ces poils durs et coniques se brise lors d’un contact et injecte les substances urticantes qui y sont contenues. Ce sont de “mauvaises herbes” cosmopolites. Très communes autour des habitations, dans les décombres et les fossés, l’ortie est considérée comme une panacée au Moyen-Âge, surtout pour les hémorragies.

Il ne faut pas la confondre avec l’Ortie blanche ou Lamier blanc Lamiaceae (Lamium album L.). Ce sont des plantes très « animiques » car elles synthétisent des substances spécifiques du règne animal (histamine, sérotonine, acétylcholine).

Quelles sont les variétés d’Ortie ?

Il existe deux variétés d’orties :

  • Ortie dioïque (ou la grande ortie)
  • Ortie brûlante (ou petite ortie ou grièche).

On utilise les feuilles ainsi que les racines de couleur jaunâtre (avec des longs rhizomes ramifiés).

Qu’apporte t’elle ? Nous pouvons dire que :

  • L’ortie facilite la digestion des graisses et diminue l’absorption des sucres, elle provoque également l’élimination de l’urée et de l’acide urique, c’est pour cela que ce sont ses racines d’ortie que les hommes doivent utiliser pour réduire les troubles urinaires et freiner l’hypertrophie (bénigne) de la prostate.
  • l’ortie est anti-anémique car elle supplante et réduit les carences en fer en facilitant son absorption, elle aide également celui-ci à se fixer sur l’hémoglobine des globules rouges
  • l’ortie est parfaite contre l’arthrite et les rhumatismes. En plus de composés anti-inflammatoires, les feuilles contiennent du calcium, de la silice et du zinc qui favorisent la reminéralisation des os. Antioxydante (comme le Quinoa par exemple), l’ortie permet aussi la régénération des tissus, un pouvoir étonnant !

Indications

Feuilles :

  • Acné modéré, hyperséborrhée
  • Articulations douloureuses (ce n'est pas un puissant anti-inflammatoire, on l'utilise surtout en drainage dans les affections rhumatologiques)
  • Hyperuricémie
  • Reminéralisation, ostéoporose
  • Anémies surtout ferriprives
  • Asthénies
  • Chute de cheveux : propriétés rubéfiantes, activation du métabolisme pilaire

Racines :

  • Troubles mictionnels des adénomes prostatiques aux stades I et II, et logiquement les fibromes (action surtout antiproliférative et beaucoup moins hormonale)
    • Hyperandrogénie féminine
    • Synergie d'action avec Pygeum africanum
  • À essayer dans les acnés masculines (indication logique)
  • Autres : inflammations des voies urinaires, prévention de la lithiase rénale

Propriétés Médicinales

Propriétés de la feuille :

  • Diurétique, élimine l’urée, l'acide urique et les chlorures, antigoutteuse, entraine une diminution modérée de la pression artérielle
  • "dépurative", cholagogue, stimulerait la production enzymatique du pancréas
  • Anti-rhumatismale (les dérivés de l'acide caféique inhibent in vitro la cascade de l'acide arachidonique), préventive de l’artériosclérose, anti-allergique (inhibition du PAF des neutrophiles Platelet Activating Factor), l’acide caféolymalique serait un des principes actifs antirhumatismaux, en tant qu’ inhibiteur de la biosynthèse de la cyclooxygénase, les extraits de feuilles inhibent la biosynthèse des enzymes de la cascade arachidonique, (cyclo-oxygénases COX-1 et COX-2), bloquent la biosynthèse des prostaglandines et du thromboxane
  • Anti-inflammatoire, antalgique
  • Antimicrobien, anti-ulcéreux
  • Anti-anémique (stimule l'hématopoïèse), autrefois source industrielle de chlorophylle (même si elle n'en contient pas plus que d'autres feuilles), reminéralisante
  • Hépatoprotecteur et antioxydant
  • Hypoglycémiant par inhibition de l'absorption intestinale du glucose, et par stimulation de la sécrétion d'insuline par les ilôts de Langerhans
  • Protecteur cardiovasculaire
  • Anti-allergique, avec effet anti-inflammatoire inhibition de la synthèse des prostaglandines par inhibition des cyclooxygénase-1 (COX-1), Cyclooxygénase-2 (COX-2), et de l'HPGDS (Hematopoietic Prostaglandin D(2) synthase)
  • Immuno-stimulant par activité sur la fonction des polynucléaires neutrophiles (flavonoïdes)
  • Prévention du cancer (acides phénoliques)

Propriétés de la racine :

  • Astringente du fait de la teneur en tanins et antiphlogistique par les lectines (UDA) et les polysaccharides
  • Efficace dans l'hypertrophie bénigne de la prostate
  • Un acide gras est inhibiteur de l'aromatase responsable de la conversion de testostérone en 17-béta-œstradiol
  • Les lignanes (sécoisolaricirésinol) et les acides octadécanoïques empêcheraient la SHBG (sex hormon binding globulin) de se lier à son récepteur
  • Activité antiproliférative des extraits hydro-alcooliques sur le tissu prostatique (UDA et polysaccharides)
  • Inhibition vraisemblable de la testostérone-5-alpha-réductase (non prouvée)
  • Inhibition de l'activation du NF-kappaB
  • Les extraits hydro-alcooliques améliorent le nombre et la motilité des spermatozoïdes et inhibent les effets indésirables induits par la nicotine sur la qualité du sperme
  • Des observations cliniques montrent une diminution de la fréquence mictionnelle, du résidu post-mictionnel, du volume de la prostate, et des taux hormonaux avec des doses d'extraits de 600 à 1200 mg par jour, et sur des durées de 3 à 6 mois
  • Hypotenseur par effet de vasorelaxation medié par le relargage de l'oxide nitrique (NO) endothélial, par l'ouverture des canaux potassiques, et par un effet inotrope négatif, provoque une vasoconstriction aortique due à l'activation des récepteurs alpha1-adrénergiques et par une action natriurétique

Composition

Feuilles :

  • Flavonoïdes (1 à 2 %) glucosides et rutinosides de quercétol, du kaempférol et de l'isorhamnétol.
  • Éléments minéraux (20 %) Calcium, Potassium, Silicium sous forme de silicates partiellement solubles (1 - 4 %), teneur en Fer 41 mg/100 g
  • Acides organiques, acides phénoliques : acide caféique, acide chlorogénique, acide caféoylmalique
  • Coumarines : scopolétol
  • Stérols : sitostérol
  • Traces de nicotine
  • Glyco-protéines, acides aminés (valine, alanine, glutamine…), lipides, vitamines, sucres
  • Faibles quantités d'histamine, sérotonine, acétylcholine et acide formique (dans les poils urticants)
  • Chlorophylle (2,7 %)

Racines :

  • Lectines : en particulier 0,1 % d'UDA = Urtica Dioica Agglutinine (chaîne polypeptidique unique) de masse molaire 8500 Dalton
  • Polysaccharides (deux glycanes, deux glucogalacturonanes, un arabinogalactane)
  • Stérols : sitostérol, hydroxysitostérols et leurs glucosides, palmitate du 3-glucosyl sitostérol
  • Lignanes (sécoisolaricirésinol, néo-olivil)
  • Céramides (métabolites des sphingolipides) et acides gras (acides octadécanoïques)
  • Autres composés phénoliques, tanins, scopolétol, dérivés phénylpropaniques

Dosage & Posologie

  • Tisane de feuilles : infusion classique
  • Tisane de racines : mélanger 1,5 gramme de produit grossièrement pulvérisée avec de l’eau froide. Chauffer et maintenir l’ébullition pendant 1 minute, infuser 10 minutes, filtrer

Contre-Indications

Pas d'interaction particulière, à part des interactions médicamenteuses qui sont sont décrites, mais avec des extraits de graines