Vitamine D-calciférol_complement-alimentaire-france.com

Cause de la carence en vitamine D et ses risques

Pour rappel, la vitamine D ou calciférol, appartient au groupe des vitamines liposolubles. Il existe deux formes de vitamine D, en effet, on trouve :

  • la vitamine D2 (ergocalciférol) synthétisée par les végétaux
  • la vitamine D3 (cholécalciférol) présente chez les animaux.

Dans les pays ensoleillés, ou en fonction de notre couleur de peau, il est courant de ne pas s’inquiéter d’une cause de la carence en Vitamine D, et c’est bien normal. Toutefois, notre mode de vie ou notre lieu d’habitation, plus ou moins éloigné par rapport à l’Équateur a une incidence. Pourquoi ? Commençons tout d’abord à définir ce qu’est une carence en Vitamine D.

Qu’est-ce qu’une carence en Vitamine D ?

Nous sommes en état de carence en vitamine D lorsque nous mesurons son taux qui doit être inférieur à 10ng/mL. Les besoins en vitamine D dépendant de la couleur de la peau et de l’ensoleillement dans un pays ou une région, cette vitamine est en effet synthétisée par la peau sous l’effet des UV. Seulement, sous nos latitudes et de novembre à mars, l’intensité des UVB est insuffisante. D’où la fatigue souvent ressentie au cœur de l’hiver.

Quelles sont les causes d’une carence en Vitamine D ?

Il en existe plusieurs, parmi lesquelles on peut citer :

  • une exposition solaire nulle ou quasi nulle
  • des chutes à répétition quel que soit l’âge
  • une ostéoporose avérée
  • une maladie favorisant l’ostéoporose
  • des médicaments inducteurs d’ostéoporose
  • une pathologie chronique sévère favorisant l’insuffisance ou la carence.

Quels sont les risques d’une carence ou insuffisance en Vitamine D ?

Risques osseux

Rachitisme

Le rachitisme est un syndrome résultant d’un défaut de minéralisation osseuse. Il existe plusieurs formes étiologiques de rachitisme dont la principale est liée à une carence en vitamine
D. Le rachitisme carentiel peut survenir pour des concentrations sériques de 25(OH)D inférieures à 25 nmol/L.

Ostéomalacie

L’ostéomalacie est une ostéopathie métabolique étendue à l’ensemble du squelette. Elle correspond à un défaut de minéralisation osseuse conduisant à une accumulation de tissu ostéoïde.
Le tissu osseux devient fragile et le risque de fracture important. L’ostéomalacie se manifeste par des douleurs osseuses diffuses et une difficulté à la marche liée à une faiblesse musculaire. L’étiologie la plus fréquente des ostéomalacies est la carence en vitamine D. Une concentration de 25(OH)D inférieure à 25nmol/L est constamment retrouvée dans l’ostéomalacie carentielle.

Ostéoporose et fractures osseuses

La vitamine D joue un rôle important dans le métabolisme phosphocalcique. Lorsqu’il existe un déficit en vitamine D, l’absorption intestinale de calcium est diminuée et la tendance à
l’hypocalcémie induite stimule la sécrétion de PTH favorisant le remodelage et la fragilité osseux qui, à long terme, contribuent à l’installation d’une ostéoporose.

Risques extra-osseux

Sur la base d’études épidémiologiques et observationnelles, des liens entre des concentrations basses de vitamine D et des maladies non osseuses ont été suggérés. Les actions paracrine,
autocrine et le rôle physiologique extraosseux de la vitamine D confortent la plausibilité de ces associations. Toutefois, les valeurs de référence de 25(OH)D liées à l’apparition ou
l’aggravation de pathologies non osseuses sont rarement précisées.

Chutes

L’ostéomalacie et le rachitisme s’accompagnent d’une faiblesse musculaire contribuant à des performances physiques moindres. Il a été ainsi suggéré une possible association entre le taux
de vitamine D et les performances physiques et/ou les chutes, confortée par le fait que le récepteur de vitamine D (VDR) est présent dans les cellules musculaires.

Cancer

Des enquêtes épidémiologiques ont également suggéré des associations possibles entre les concentrations basses de vitamine D et la survenue de certains cancers (colorectal, prostate,
pancréas, poumons…). L’effet anti tumoral serait lié au fait que la forme active de la vitamine D [1,25 (OH)2D] régulerait des gènes impliqués dans la prolifération cellulaire.

Système immunitaire

Le VDR et la 1-α-hydroxylase sont présents dans les lymphocytes T et B. il est supposé que la 1,25 (OH)2D pourrait atténuer voire prévenir l’apparition de maladies telles que la sclérose en
plaques, le lupus systémique, le diabète de type 1 et la polyarthrite rhumatoïde. Des études épidémiologiques seraient en faveur d’associations entre la fréquence de ces maladies auto-immunes
et de faibles apports en vitamine D ou des concentrations sériques basses de 25(OH)D (9,12).

Risques cardiovasculaires

Des études observationnelles suggèrent également une association entre la vitamine D et le risque cardiovasculaire qui serait liée à l’effet de la vitamine D sur la pression artérielle.

Existe t-il une toxicité de la Vitamine D ?

La vitamine D peut être toxique à hautes doses. Elle entraîne alors une hypercalcémie qui peut se caractériser notamment par une anorexie, des nausées, une polyurie, une constipation, de
la fatigue, une perte de poids, des céphalées, une dépression, des calcifications rénales et vasculaires, de l’hypertension et une anémie.

Lors d’intoxications sévères, l’hypercalcémie peut conduire à une insuffisance rénale irréversible et à une insuffisance cardiaque pouvant entraîner le coma et la mort.
L’intoxication à la vitamine D est rare mais peut être provoquée par une supplémentation quotidienne à des doses trop élevées (1,4,9,13,14).

Selon l’Académie nationale de médecine, l’intoxication à la vitamine D ne serait pas associée à des concentrations de 25(OH)D inférieures à 250 nmol/L.

Elle précise toutefois qu’aucune étude clinique sur la tolérance au long cours (plusieurs mois ou années) de concentrations supérieures à 150-200 nmol/L n’a été publiée (8,44).

Article intéressant sur le lien entre la supplémentation de la Vitamine D et la COVID-19 : https://www.larevuedupraticien.fr/article/effet-benefique-de-la-vitamine-d-dans-la-covid-quelles-sont-les-donnees