Valériane Officinale

Dénomination Latine

Valeriana officinalis L.

Famille Botanique

ex-Valerianaceae - Caprifoliaceae selon la classification phylogénétique APG IV
Table des Matières
valeriane_complement-alimentaire-france.com

Résumé Bienfaits

  • Antidouleur et décontracte les muscles : soulage crampes, douleurs articulaires et musculaires
  • propriétés sédatives et relaxantes, lutte contre la nervosité et l'anxiété
  • indiqué en cas d'anxiété, nervosité, stress, dépression, troubles du sommeil, spasmes et névralgies, douleurs articulaires et musculaires

Sommeil et Stress

anti-stress et anti-dépression
Anti-Stress et Anti-Dépression
sommeil apaisé
Sommeil Apaisé
Mélisse + Valériane - 400 mg / 60 gélules
ANASTORE

Présentation

Utilisée depuis la nuit des temps par les Chinois et les Indien, le nom de Valériane vient du latin « valere » qui signifie  » bien se porter » (ce qui a donné ainsi les mots « validité » et « con-valescence »), elle est présente dans de nombreuses traditions médicinales (le genre compte 200 espèces).

C’est une plante herbacée robuste des lieux humides, avec des tiges creuses, cannelées, atteignant parfois 2 m, très ramifiées au sommet, l’espèce est commune dans toute l’Europe tempérée.

On utilise les partie souterraines (rhizome, racine et stolons ) qui deviennent très odorantes par dessication, avec un odeur désagréable.

Elles sont soigneusement séchés à une température inférieure à 40° C ( un de ses composants essentiels, les se dégraderaient à une température supérieure à 40°).

Indications

  • Excitations, insomnies, palpitations d’origine nerveuse
  • États neurotoniques et dystonies neuro-végétatives de l’adulte et de l’enfant, hyperfonctionnement alpha sympathique du stress prolongé
  • Réponse hypophyso-surrénalienne insuffisante
  • Troubles du sommeil surtout les insomnies d’endormissement, associée à extraits de houblon, même après une seule administration, et de mélisse
  • La valériane améliore la qualité du sommeil chez les femmes ménopausées insomniaques
    • Une revue de littérature d’études publiées entre 1950 et 2009, ont montré que l'utilisation de la valériane, seule ou en combinaison avec le houblon, est associée à une amélioration de certains paramètres du sommeil, mais les auteurs demandent d'autres essais randomisés, à double insu, contrôlés par placebo
  • Anxiolytique et légèrement anti-dépressive, ruminations anxieuses, exposition chronique au stress, contractures posturales de stress (patient qui perd pied), évite les pertes de mémoire chez les patients dépressifs
  • Adjuvant dans l’arrêt du tabac et dans l’épilepsie (petit mal des enfants)
  • Indications homéopathiques :
    • névropathie hystérique, hyperesthésie, exaspération émotionnelle, humeur changeante, diminution du seuil de la douleur, spasmes, myoclonies, crampes, spasmophilie

Propriétés Médicinales

  • Somnifère, améliore la structure et la qualité du sommeil
  • Anxiolytique, par l'acide valérénique, effet anxiolytique accentué en combinaison avec la mélisse, spasmolytique, sédative, tranquillisante, myorelaxante et dépresseur du système nerveux
    • Inhibe la recapture et stimule la libération du GABA (neuromédiateur inhibiteur) [10], [11], l’acide valérénique est un ligand pour les récepteurs au GABA et inhibe la GABA-transaminase, inhibe le catabolisme du GABA
    • Les sesquiterpènes et valépotriates se lient aux récepteurs aux benzodiazépines
    • Les flavonoïdes tels que l’apigénine, l’hespéridine et la linarine se lient aux récepteurs centraux
  • Les extraits de valériane montrent une activité agoniste partielle sur le récepteur de l'adénosine A (jouant un rôle dans la libération de neurotransmetteurs)
  • Nombreuses synergies suspectées :
    • Flavonoïdes agonistes du récepteur aux benzodiazépines favorisant l'action de l'acide valérénique
    • Bornéol, augmentant la sensibilité des récepteurs GABA à leur ligand naturel
    • Un lignane est agoniste du récepteur A1 de l'adénosine, et l'hydroxypinorésinol (lignane) possède la capacité de se lier aux récepteurs des benzodiazépines, il est de plus fortement neuroprotecteur
    • Synergie de flavonoïdes entre eux (6-Méthylapigénine, hespéridine)
  • Diminue le stress induit en diminuant le taux des neurotransmetteurs monoaminergiques
  • Agoniste des récepteurs 5-HT5a, rôle dans la régulation sérotoninergique du cycle circadien, augmente le taux de 5-hydroxytryptamine (sérotonine) et entraine une prolifération des cellules de l’hippocampe chez le rat dépressif
  • Sédatif, anticonvulsivant, anti-épileptique sur modèles animaux
  • Les extraits aqueux de racines contiennent des quantités appréciables de GABA qui pourrait causer directement la sédation, mais il existe une certaine controverse entourant la biodisponibilité de ce composé
  • Les valépotriates, antidépresseurs, se retrouvent très peu dans les préparations galéniques, mais les produits de dégradation (baldrinals et autres dérivés) sont actifs
  • La valéranone est hypotenseur à 5 mg/kg
  • Un surdosage en valériane peut entraîner une asthénie, une hypotension, une sensation de tête lourde, une mydriase et des douleurs abdominales
  • L’actinidine est un attracteur pour les chats (présente dans Nepeta cataria)
  • C'est l’acide isovalérénique qui “sent les pieds”

(source)

Composition

De la plante

  • Sesquiterpènes non volatils (acide valérénique et acide isovalérénique, acide hydroxy-valérénique et acide acétoxy-valérénique)
  • Cétones sesquiterpéniques (valéranone), alcools (valérianol, maaliol, alcool kessylique) et aldéhydes (valérénal)
  • Iridoïdes (constituants non volatils) : valépotriates (0,5 - 1,2 %) : valtrate 80 %, isovaltrate, acévaltrate, dihydrovaltrate, isovaléroxyhydroxydihydrovaltrate
  • Alcaloïdes : traces (valéramine, actinidine)
  • Lignanes (8-hydroxypinorésinol)
  • GABA (?)
  • Flavonoïdes (6-méthylapigénine, 2-S-(-)-hespéridine, linarine)
  • Huile essentielle > 0,5 % :
    • monoterpènes (bornéol)
    • sesquiterpènes (béta-caryophyllène, cadinène, etc)
    • esters (acétate de bornyle, isovalérate de bornyle)

De l'huile essentielle

  • 0,5 % dans la plante :
    • monoterpènes (bornéol)
    • sesquiterpènes (béta-caryophyllène, cadinène, etc)
    • esters (acétate de bornyle, isovalérate de bornyle)

(source)

Contre-Indications

  • Il n'existe pas d’élément permettant de remettant en cause la sûreté, même chez les malades cancéreux
  • A éviter chez l'enfant et la femme enceinte
  • Interactions avec les cytochromes P450
  • Interactions possibles avec les benzodiazépines
  • Rares cas d'hépatotoxicité (?) après l'administration d'un mélange de plantes contenant de la Valériane, il a également été rapporté trois cas d'hépatotoxicité où a été observée une hépatomégalie associée à une hépatite aiguë avec nécrose centrolobulaire. Les atteintes ont régressé, et les tests fonctionnels hépatiques sont redevenus normaux trois mois après l'arrêt du traitement
  • Toxicité des valépotriates à 400 mg/kg