Griffe du Chat (Uncaria Tomentosa)

Dénomination Latine

Uncaria tomentosa (Willd. ex Roem. & Schult.) D.C., Uncaria guianensis (Aubl.) J.F.Gmel.

Famille Botanique

Rubiaceae
Table des Matières
griffe du chat (uncaria tomentosa)

Résumé Bienfaits

  • renforce le système immunitaire
  • aide à combattre infections, inflammations et tumeurs
  • anti-inflammatoire
  • soulage des douleurs rhumatismales

Santé et Rester Jeune

Confort et Détente

Présentation

Qu’est-ce que la Griffe du Chat (Uncaria Tomentosa) ?

La Griffe du Chat ou Uncaria Tomentosa est une plante grimpante pouvant atteindre 30 m, le tronc 20 cm de diamètre, originaire des forêts tropicales des Andes, Pérou, Equateur et Colombie notamment. En Guyane on trouve la variété  Uncaria guianensis. Ses tiges peuvent atteindre 20 cm de diamètre, elle possède de grandes feuilles brillantes et épines acérées.

Panacée des Ashaninkas et d’autres peuples du Pérou, la Griffe du Chat (Uncaria Tomentosa) est utilisée pour soigner les maladies graves, asthme, cancer, diabète, arthrite, etc

Alors que les tribus amazoniennes, considèrent cette plante comme une bénédiction depuis plusieurs millénaires, la Griffe du Chat (uncaria tomentosa) a la capacité de soigner de nombreuses affections, qu’elles soient d’ordre physiques ou physiologiques.

Très efficace contre les infections, les plaies et autres blessures, un peu comme l’Eucalyptus ou la Cannelle de Ceylan, on utilise la Griffe du Chat également comme traitement dès l’apparition de troubles digestifs et douleurs gastriques, rénales ou articulaires.

Il est scientifiquement prouvé les bénéfices de la Griffe du Chat sur la santé, notamment sa protection des cellules et son effet anti-vieillissement, comme Ganoderma ou le Curcuma par exemple.

Utilisée en cas de maladie infectieuse (notamment le VIH), elle a aussi des effets antioxydants capables d’intervenir en cas de pathologie dégénérative.

La faculté de prévenir certains cancers ainsi que la manifestation d’effets secondaires liés à la chimiothérapie a aussi été constatée. La plante est, par ailleurs, réputée pour son efficacité contre tous types d’inflammation.

Indications

  • Maladies inflammatoires ou dégénératives chroniques (SIDA, PR, RCH)
  • Maladies rhumatismales
  • Prévient le cancer du sein et réduit les effets de la chimiothérapie anticancéreuse
  • Des études cliniques menées au Pérou montreraient un effet dans le SIDA (chimiotype à POA, le TOA est trop immuno-suppresseur)
  • Proposée dans la maladie de Lyme
  • Potentialités dans la maladie d'Alzheimer

Propriétés Médicinales

  • Renforce le système immunitaire, induit une prolifération des lymphocytes,
  • Aide à combattre infections et inflammations, semble empêcher le développement des tumeurs
    • Stimulation de l’interleukine-1 et -6
    •  Stimulation des macrophages et de la phagocytose
    •  Stimulation de l’apoptose et inhibition de la prolifération des tumeurs
    •  Anti-oxydante : freine la dégénérescence cellulaire qui se produit dans les maladies inflammatoires ou dégénératives chroniques (SIDA, PR, RCH)
  • Les alcaloïdes pentacycliques (mais pas les alcaloïdes tétracycliques) augmentent la prolifération des lymphocytes B et T naïfs ou faiblement activés, sans affecter les lymphoblastes et les lymphoblastoïdes B
  • Chaque chémotype montre une sélectivité spécifique vis-à-vis des cellules malignes humaines, de sorte que l'identification correcte de chaque chémotype semble être importante pour mieux comprendre son potentiel antitumoral
  • Les proanthocyanidines sont cytotoxiques vis-à-vis de lignées cellulaires d’adénocarcinomes gastriques et coliques
  • Les données cliniques semblent insuffisantes pour tirer une conclusion définitive quant à ses effets, les résultats dépendent de la nature de la préparation utilisée, qui conditionne la composition
  • Fortement anti-inflammatoire, les deux chémotypes sont antioxydants et anti-inflammatoires,
  • Les deux espèces Uncaria guianensis et Uncaria tomentosa sont également anti-inflammatoires par inhibition du TNFalpha et dans une moindre mesure de la production de PGE2, inhibe l’activation du NF-kappaB
  • La rynchophylline augmenterait le taux de neurotransmetteurs tels que dopamine et sérotonine

Composition

  • Alcaloïdes oxindoliques pentacycliques (POA) et tétracycliques (TOA) = 2 chimiotypes différents : rynchophylline, 5-carboxystrictosidine, isopteropodine
    • D'après Falkiewicz B et al, deux groupes d’alcaloïdes sont représentés dans la plante :
      • Alcaloïdes indoliques (hirsutine et hirsutine N-oxyde, hirsutéine, corynanthéine, dihydrocorynanthéine et dihydrocorynanthéine N-oxyde, akuammigine, tétrahydroalstonine, isoajmalicine; l’isolement de l’angustine et de l’angustoline a aussi été reporté
      • Alcaloïdes oxindoliques (rynchophylline et rynchophylline N-oxide, isorynchophylline et sorynchophylline hirsutine N-oxide, ptéropodine ou uncarine C, isoptéropodine ou uncarine E, mitraphylline, isomitraphylline, corynoxéine, isocorynoxéine, spéciophylline ou uncarine D, uncarine F}; l’isolement de rotundifoline, isorotundifoline [1,16] et le précurseur 5α-carboxystrictosidine a aussi été reporté
    • Ces deux groupes peuvent être divisés en alcaloïdes tétracycliques :
      • alcaloïdes indoliques: hirsutine, hirsutéine, corynanthéine, hydrocorynanthéine
      • alcaloïdes oxindoliques: rynchophylline, isorynchophylline, corynoxéine, isocorynoxéine, rotundifoline, isorotundifoline)
    • Et en alcaloïdes pentacycliques :
      • alcaloïdes indoliques: akuammigine, tétrahydroalstonine, isoajmalicine, angustine, angustoline
      • alcaloïdes oxindoliques: ptéropodine, isoptéropodine, mitraphylline, isomitraphylline, spéciophylline, uncarine F)
  • Glucosides triterpéniques
  • Flavonoïdes, composés phénoliques, tanins (épicatéchine), proanthocyanidines, dont des dimères de pélargonidine, cytotoxiques vis-à-vis de lignées cellulaires d’adénocarcinomes gastriques et coliques

source : http://www.wikiphyto.org/wiki/Griffe_de_chat

Dosage & Posologie

Maximum 1 gramme de plante (correspondant à 10-30 mg d'alcaloïdes)

Contre-Indications

  • Contraceptive (éviter lors de grossesse et d'allaitement) et utilisée comme telle pour les tribus indiennes
  • Faible potentiel de toxicité aiguë et subaiguë par voie orale, génotoxicité et mutagénicité mal connues
  • Éviter en cas de maladie de Parkinson
  • Cas suspectés de néphropathies