Grenade

Dénomination Latine

Punica granatum L.

Famille Botanique

Punicaceae
Table des Matières
grenade

Résumé Bienfaits

  • Aphrodisiaque féminin
  • Dysfonction érectile (homme) et cancer de la prostate
  • Maladies cardio-vasculaires
  • Maux de gorge (local)

Confort et Détente

Présentation

Qu’est-ce que la Grenade ?

Le grenadier est un arbuste abondant en Afrique du Nord, ornemental, 2 à 5 m de haut, originaire d’Iran, avec des feuilles vert foncé luisantes, fleurs (balaustes) rouge écarlate. Son fruit ou Grenade est une grosse baie de la taille d’une orange, cortiquée, surmontée du reste du calice.

Alors qu’elle aurait été cultivée dans les jardins suspendus de Babylone, le Cantique des Cantiques compare le fruit du grenadier avec les seins de la femme.

L’écorce de sa racine était recommandée dès 1550 av. J-C par le papyrus Ebers pour le traitement des vers.

Symbole de l’immortalité, de la fertilité et de l’amour dans les mythologies orientales, grecque et judéo-chrétienne, la Grenade est utilisée pour fluidifier le sang épais dans la médecine arabe classique.

La Grenade symbolise la vie et la fécondité, comme la Damiana. Pendant la ménopause/l’andropause, elle régule le taux d’hormones chez la femme et la croissance de la prostate chez l’homme. Elle stimule aussi la circulation sanguine et redonne de l’énergie.

C’est pourquoi il est recommandé d’en prendre pour la ménopause et l’andropause, de consommer la grenade (en jus, TM ou huile de pépins), cela redonne énergie et joie de vivre.

Propriétés Médicinales

  • Le fruit (la grenade) serait riche en œstradiol (présence controversée) et considéré comme aphrodisiaque chez la femme et peut-être chez l'homme
  • Agent protecteur contre les maladies cardio-vasculaires et l’athérosclérose, réduit l'épaisseur de l'intima-media carotidienne et le risque coronarien
  • Agent protecteur contre le cancer, surtout de la prostate, du sein, de la vessie
    • Permet la réduction du taux de PSA dans le cancer de la prostate ou en prévention active
    • Protège de l'induction du cancer du colon par l'azoxymethane
  • Protection du poumon vis-à-vis de la toxicité du methotrexate
  • Agent protecteur contre le vieillissement de la cellule et la démence (maladie d’Alzheimer), les inflammations chroniques, le diabète
  • Protecteur vis-à-vis de l'ischémie myocardique, réduit l'épaisseur de l'intima-media carotidienne (et les facteurs de risque cardio-vasculaires)
  • Anti-inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde)
  • Un extrait de fruits a des propriétés contre les douleurs neuropathiques
  • Anti-infectieux (Escherichia coli)
  • Les fleurs sont utilisées en médecine traditionnelle comme antidiabétiques, elles diminuent la fibrose cardiaque
  • Les graines sont antidiabétiques
  • L’écorce de racine est anthelminthique (taenicide) mais a provoqué des accidents mortels

Composition

  • Écorce de racine ou de tronc :
    • Alcaloïdes pipéridiniques (0,5 à 0,7 %) : pelletiérine, isopelletiérine et dérivés
    • Homotropane : pseudopelletiérine
  • Fruit (la grenade) :
    • Vitamine C
    • Polyphénols :
      • Tanins ellagiques : acide ellagique, punicalagine, acide punicique
      • Anthocyanosides : delphinidol 3-glucoside, delphinidol 3,5-diglucoside, cyanidol 3-glucoside, cyanidol 3,5-diglucoside, pélargonidol 3-glucoside, pélargonidol 3,5-diglucoside, delphinidol, cyanidol, pélargonidol
      • Flavonoïdes : lutéoline, quercétol
        • Flavanols : (+)-catéchol, (-)-épicatéchol, (-)-épigallocatéchol, (+)-gallocatéchol
      • Acides phénoliques  : acide caféique, acide gallique, acide 5-caféylquinique, acide o-coumarique
    • Substances œstrogéniques (17a-estradiol, 17β-estradiol, estrone, estradiol)
  • Fleurs :
    • Triterpènes : acide oléanolique, acide ursolique
    • Acide gallique

source : http://www.wikiphyto.org/wiki/Grenadier

Contre-Indications

  • Interaction probable avec les médicaments éliminés par les cytochromes P450 2D6 (CYP2D6) : anticonvulsivants (carbamazépine, phénytoïne), anti-inflammatoires (AINS), antidépresseurs (IRS), antalgiques (diclofénac), hypocholestérolémiants (statines), anti-hypertenseurs (sartans), anti-œstrogènes (tamoxifène), anticoagulants (warfarine)
  • Usage abandonné de l'écorce de racine en tant que taenicide, car trop toxique (hémolytique, nausées, coliques, céphalées, somnolence, vertiges, crampes et parésie des membres inférieurs, dépression du système nerveux central, troubles de conscience et paralysie neuromusculaire)