Vous avez (encore) abandonné vos bonnes résolutions ? C’est normal, selon la Science

Selon une récente étude australienne, il serait parfaitement normal de ne pas parvenir à tenir ses bonnes résolutions du Nouvel An. En effet : la clé du bien-être serait dans la flexibilité…

Nous sommes le 30 mars 2021 : où en êtes-vous vis-à-vis de vos bonnes résolutions prises au Nouvel An ? Si, comme chaque année, vous les avez complètement mises de côté, pas de panique : selon une récente étude réalisée par la Edith Cowan University (en Australie), les personnes qui parviennent à tenir leurs bonnes résolutions sont très (très) rares…

Les chercheurs australiens ont travaillé avec un groupe de 180 volontaires, des Australiens et des Britanniques âgés de 18 à 77 ans : ils ont découvert que les deux tiers des participants avaient laissé tomber leurs bonnes résolutions du Nouvel An… au bout d’un mois en moyenne.

Dans le détail : 29 % des participants souhaitent « maigrir » et 24 % « faire du sport« . Plus de 50 % des volontaires avaient les mêmes bonnes résolutions qu’en 2020. Aucune différence notable vis-à-vis de l’âge ou du sexe n’a été identifiée par les chercheurs.

Bonnes résolutions du Nouvel An : elles peuvent (aussi) évoluer !

Comment expliquer cet « échec » ? Selon le Pr. Joanne Dickson, professeure de psychologie à la Edith Cowan University et principale auteure de cette étude parue dans le International Journal of Environmental Research and Public Health, deux facteurs peuvent expliquer notre incapacité chronique à tenir nos bonnes résolutions.

Primo, « les résolutions prises lors du passage à la nouvelle année sont bien souvent trop vagues pour être tenues sur le long terme » affirme la spécialiste. Par exemple : « me mettre au sport » n’est pas un engagement suffisamment solide pour fonctionner plus d’un mois. Le conseil de la pro : « si vous voulez vraiment tenir une bonne résolution, précisez-la le plus possible : « je m’engage à aller marcher le lundi matin avec la voisine pendant 30 minutes sans m’arrêter » par exemple« .

Deuzio, d’après l’experte, la prise annuelle de bonnes résolutions n’aide pas à se sentir mieux dans sa peau : « la clé du bien-être, c’est la souplesse d’esprit. Admettons, par exemple, que votre bonne résolution soit de perdre 5 kilos : les événements de la vie peuvent vous amener à revoir votre objectif – une perte de poids moins importante, par exemple, ou une amélioration générale de l’hygiène de vie. Rester bloquée sur un objectif pris il y a plusieurs mois sans tenir compte du contexte actuel est générateur de stress. » Et en cette période de crise sanitaire, personne n’a besoin de ça…

Pour voir l'original de cet article, il suffit de vous rendre sur la page suivante https://www.topsante.com/feed/list/rss/(limit)/30

Cet article est extrait d'un original issu de ce post